Passer sa retraite au Japon

Mars 2017

Ils sont des milliers chaque année à se rendre sur le sol japonais pour y travailler ou simplement pour profiter des merveilles dont regorge ce pays aussi complexe que fascinant. Étant donné que le rêve n'a ni limites ni frontières, le "Pays du Soleil levant" peut aussi devenir une formidable terre d'accueil pour les retraités qui souhaitent profiter de cet archipel de plus de 6 000 îles et vivre au rythme des traditions. Mais avant de vous lancer dans cette toute nouvelle vie, des démarches administratives s'imposent. Suivez donc ces précieux conseils qui vous aideront à cibler les différentes obligations en vigueur ainsi que les nombreuses subtilités de ce merveilleux pays.


Les démarches

Formalités de séjour

Dans la mesure où la France a conclu un accord d'exemption de visa de séjour avec le Japon, vous avez la possibilité d'y séjourner sans visa, et ce, pendant 90 jours. Vous devrez cependant être en possession d'un passeport valide pour toute la durée du séjour, ainsi que de vos billets d'avion aller-retour et d'une somme d'argent suffisante pour pouvoir subvenir à vos besoins une fois sur place. Si vous souhaitez rester plus de temps sur le sol japonais, votre séjour sera considéré comme un long séjour.

Depuis le 9 juillet 2012, les étrangers résidant au Japon pour une durée de plus de trois mois sont soumis à de nouvelles procédures. En effet, l'autorisation de séjour est remplacée par une carte de résident. Cette carte n'est pas délivrée aux personnes qui disposent d'un visa temporaire, ni même à celles qui ont des visas diplomatiques ou officiels. Sur cette carte figurent diverses informations comme le statut de résidence, la durée du séjour ou encore la nationalité et la date de naissance.

Pour les résidents permanents âgés de plus de 16 ans, elle est valable sept ans à compter de la date de délivrance. Pour les autres, elle prend fin une fois la période de résidence achevée. Avec cette carte, plus besoin non plus de permis de retour lorsque le résident quitte le pays avant d'y revenir sous un an.

Déménagement

Lorsque vous êtes prêt à faire le grand saut, le déménagement est un moment important. Pour garantir la sécurité de cette opération, il peut être judicieux de faire appel à un transporteur affilié à la Fédération internationale des déménageurs (FIDI). Ainsi, c'est lui qui prendra en charge les diverses formalités administratives liées au déménagement de vos biens. De votre côté, n'hésitez pas à vous renseigner auprès de l'ambassade ou du consulat du Japon pour connaître la liste des produits et autres objets interdits ou nécessitant des dispositions particulières.

Le permis de conduire

Comme en Angleterre, les Japonais conduisent à gauche. Il est donc impossible de circuler avec votre permis français. Pour pouvoir conduire pendant une durée d'un an, votre permis doit être traduit en japonais. Pour cela, il faut s'adresser soit à la Japan Automobile Federation (JAF), soit à l'ambassade de France au Japon. Cette opération nécessite une somme d'argent allant de 2 000 à 3 000 yens (entre 15 et 25 euros). Le délai à prévoir est d'environ 2 semaines. Dans le cas où vous restez plus d'un an, vous devez échanger votre permis contre un permis japonais. Ce changement se fait directement sur place, à la préfecture dont dépend votre domicile.

Assurance maladie

La convention franco-japonaise qui date du 6 décembre 2004 ne vous permet pas de bénéficier, au titre de votre retraite française, du remboursement de vos soins reçus au Japon. Ainsi, pour bénéficier d'une assurance maladie une fois sur place, vous devez demander l'adhésion à la Caisse des Français de l'étranger (CFE), ou alors vous tourner vers une compagnie d'assurances privée. Il vous faudra ensuite prévenir votre Caisse française d'assurance maladie de votre départ prochain et donc ne plus vous servir de votre carte vitale. Dans la mesure où vous êtes un ressortissant français avec une retraite du régime français de sécurité sociale, vous bénéficiez également d'une couverture permanente en cas de séjour provisoire dans l'Hexagone.

Les visas

Dans la mesure où vous souhaitez rester au Japon pour une durée supérieure à 90 jours, vous aurez besoin d'avoir en votre possession un visa de long séjour. Il existe pas moins de 27 catégories différentes de visas longue durée en fonction des activités que vous souhaitez exercer ou non une fois sur place. Trois grandes catégories sont à distinguer :
- les visas de travail : ceux-ci vous permettent de travailler ;
- les non-working visas : ils concernent les activités culturelles ou encore le tourisme, et ne permettent pas de travailler ;
- les visas selon l'état civil : il s'agit de visas sans limites dans les activités, ni réelles contraintes liées à des situations de famille.
Au moment de faire votre demande, choisissez la catégorie qui correspond au motif de votre séjour. Ils sont généralement délivrés pour des durées de 6 mois, 1 an ou 3 ans, renouvelables auprès des services de l'immigration.

Où s'adresser ?

Les demandes de visa peuvent se faire à différents endroits : l'ambassade du Japon en France, le consulat général du Japon à Strasbourg ou à Marseille, ou encore le bureau consulaire de Lyon. Cependant, la solution la plus rapide reste de se tourner vers un bureau d'immigration au Japon.

Les avantages

- Le cadre de vie : la situation géographique du Japon en fait un pays très agréable à vivre. En plus d'un climat plutôt tempéré, les paysages montagneux et côtiers sont omniprésents.
- Dynamisme et modernité : le pays à la fois sûr et agréable jouit d'un véritable dynamisme international. Les villes japonaises sont ultra vivantes avec des quartiers en perpétuel mouvement même éloignés du centre-ville, où l'on trouve toujours une occupation.
- Sécurité et confort : dans ces véritables fourmilières, c'est avant tout un sentiment de sécurité et de confort qui prime, idéal pour les retraités qui souhaitent partir à la découverte des richesses du pays. Les transports permettent de se déplacer facilement.
- Fêtes et traditions : de nombreuses festivités populaires accompagnent les saisons. La nourriture est également saine et très variée. Avec une histoire riche, le Japon est une véritable terre culturelle que les retraités peuvent découvrir avec émerveillement.

Les inconvénients

- La distance : près de 9 700 km séparent Paris et Tokyo. La France et le Japon, ce n'est donc pas la porte à côté si vous êtes amené à revenir dans l'Hexagone de temps en temps.
- La langue : très difficile d'accès, elle limite bien souvent le contact avec les habitants et empêche la bonne intégration dans ce nouveau mode de vie. Parler l'anglais est néanmoins capital, avant de vous lancer dans l'apprentissage du japonais.

A voir également

Publié par Jeff.
Ce document intitulé «  Passer sa retraite au Japon  » issu de Voyage (voyage.linternaute.com) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.