Passer sa retraite en Italie

Août 2017


L'Italie et la France sont deux pays géographiquement, politiquement et historiquement proches. Au sein de l'Union européenne, des coopérations ont été mises en place qui facilitent la circulation et les migrations entre les deux Etats. Ainsi, un retraité peut aisément passer la frontière pour passer ses vieux jours dans une ambiance souvent chaleureuse et conviviale.

Les démarches

La Sécurité sociale


Un retraité qui souhaite s'installer en Italie voit son expatriation facilitée par le droit européen. En effet, il est possible de transférer ses droits sociaux touchés en France pour continuer à les recevoir de l'autre côté des Alpes. Dès lors, le nouvel arrivant devient un affilié de la caisse italienne pour sa Sécurité sociale ou encore ses droits à la retraite.
En complément des prestations italiennes, les expatriés peuvent souscrire à une des assurances volontaires proposées par la Caisse des Français de l'Etranger (CFE). Pour y adhérer, il suffit de se procurer un formulaire sur le site Internet de la CFE, de le remplir puis de le renvoyer avec des documents complémentaires. Le taux de cotisation est calculé en fonction de la retraite perçue en France. D'autre part, le système italien propose, comme le droit français, de recourir aux services d'une mutuelle complémentaire. Que l'affilié discute avec la caisse italienne ou la CFE, il est possible de souscrire à une caisse supplémentaire, partenaire de la Sécurité sociale.
Concernant les impôts, un accord franco-italien stipule que si un Français habite en Italie, il doit y payer ses impôts. Quant aux droits sociaux, type retraite, qu'il touche, ils sont imposables selon la fiscalité du pays qui les verse.
D'autres démarches sont simplifiées comme par exemple les obligations liées à la conduite d'une voiture. En Italie, le permis de conduire français est accepté et reconnu. Il est donc possible de circuler légalement dans le pays avec le papier rose validé en France. Seul le véhicule lui-même est sujet à des modifications administratives : à partir de six mois dans le pays, il est nécessaire d'immatriculer sa voiture selon les règles italiennes. Pour l'assurance, une carte verte couvre son détenteur pendant trois mois, même de l'autre côté des Alpes.

Pas de visa mais un titre de séjour


L'espace Schengen dispense un retraité qui veut entrer en Italie de demander un visa : cette règle concerne tous les ressortissants d'un pays de l'Union européenne. La liberté d'entrer sur le territoire, d'y vivre et de s'y déplacer est limitée à trois mois. Pour des séjours plus longs, il est nécessaire de faire une demande d'un titre de séjour. Là encore, la proximité européenne facilite les choses : un retraité qui fait sa demande d'un droit de séjour long devrait rapidement recevoir le précieux sésame. Le titre de séjour en Italie est d'une durée renouvelable de cinq ans. Concernant le déménagement entre la France et l'Italie, le pays d'accueil ne demande aucune certification douanière ou autorisation d'importer des objets usuels. Seuls certains biens comme des armes ou des espèces d'animaux ou de fleurs protégées peuvent faire l'objet d'un contrôle accru.

Les avantages


Art de vivre et hospitalité toute l'année : que ce soit en termes de protection sociale, de sécurité ou de développement, l'Italie répond aux mêmes standards que la France. Les transports sont de bonne qualité, de même que les systèmes de communication. L'avantage principal de l'Italie est lié à son patrimoine et à son art de vivre, hérité des Latins. Les vestiges de l'Empire romain, les restes de la Renaissance conservés dans tous les musées, ou encore le patrimoine religieux centré sur le Vatican donnent l'impression que l'histoire est en marche dans la péninsule.
En venant de France, l'intégration devrait être facilitée. En effet, des réseaux francophones existent qui sont prêts à accueillir les nouveaux arrivants et à les renseigner sur les démarches à effectuer. Il y a notamment la Fédération internationale des accueils français et francophones à l'étranger (FIAFE) qui possède des agences dans toute l'Italie, et l'Alliance française.

Les inconvénients


L'Italie est connue pour être une terre de contrastes. Entre le Nord séparatiste et riche et le Sud en retard, les inégalités sont criantes. Cette situation originelle s'est plutôt aggravée ces dernières années suite à la crise économique. De plus, l'austérité touche aussi les retraités qui doivent se serrer la ceinture comme tous les Italiens. Cette situation peut entrainer des tensions dans le pays.
Autre obstacle lié directement au fait de se rendre dans un pays étranger : la langue. Il est conseillé d'apprendre des rudiments d'italien avant d'arriver sur le territoire.

A voir également

Publié par Jeff.
Ce document intitulé «  Passer sa retraite en Italie  » issu de Voyage (voyage.linternaute.com) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.