Votre avis sur Langres

Créer une discussion Olivier - Dernière réponse le 7 févr. 2017 à 23:36 par Clandestin
Cette discussion concerne un article du site. Pour la consulter dans son contexte d'origine, cliquez sur le lien ci-dessous.

http://www.linternaute.com/ville/langres/ville-52269

Afficher la suite 
Alette- 21 sept. 2013 à 15:01
Que veut on à langres : Les langrois sont conservateurs ce qui explique que l on s y sente vraiment bien un peu tous chez nous... On connait tous les recoins de la ville et le plaisir de voiir que des visiteurs, des vacanciers viennent y apprendre notre histoire et decouvrir la beauté du site. Nous réjouit. Ce que j'aime à Langres : Langres c est un quartier de dijon. Langres n a rien à envier aux autres villes... Langres c est aussi ses lacs ses animations sportives et c est propre ce qui est une bien agreable qualite par rapports à d autres ville qui se veulent à la pointe du modernisme. Ce que je n'aime pas à Langres : Langres meurt. Moins de jeunes, moins d écoles pour suivre leurs études qu ailleurs... Pour les ainés que reste t il peu de structures valorisantes ils sont tous enferrmés dans une ville sombre par des lieux ou s assoir et tout un programme. Tout est au bord du passage des voitures lol l unique rue diderot ou l on voudrait que tout s y passe non il faut penser aux autres avec des parkings gratuits pour la premiere heure et vraiment payer le prix fort ensuite cela laisserait à tous le temps des achats ou des visites de nos tetes grise sans y prendre un pv... À langres on aime soit serrer tout le monde les uns contres les autres ou l isolement comme les parkings sous bie lol... Pour moi c est du delire. Je pense que ceux qui ont pensé cela ont pensé à leurs parents ou au peu de temps que nous avons pour nous deplacer car aujourd hui on est vraiment dans la course à tout. Mais ceux qui ont pensé cela doivent eux avoir un chauffeur. Donc aujourd hui malheureusement je fais toutes mes courses à st geosmes là au moins il y a de l espace pour tous. Je verrais bien dans langres des placettes avec bancs et animations ou des magasins boutiques pourraient y etre les bienvenus. On sait qu à langres les rues ne sont plus adaptees pour des rendez vous de clients alors adaptons vraiment lumineusement des envies d acheter le long des remparts ou terrasses de retaurants feraient la fierté des langrois avec des couts supportables par tous et pour tous. Car meme mon restaurant devient la liez plus rien dans la ville c est dommage car ce n est pas de ma volonté mais du désordre que cela provoque dans un programme de vie d une personne active. Dommage dommage.
Répondre
jpg- 13 févr. 2015 à 18:27
j'allais le long des rues, comme un enfant perdu, j'étais seul j'avais froid ..et pour cause...Langres, toi ma ville, tu m'as pris dans tes bras...Non pas le Langres intramuros ville chargée d'histoire, d'édifices architecturaux remarquables, ville plusieurs fois séculaire en témoignent les différentes strates objets de recherches archéologiques, Langres et sa cathédrale siège de l'évêché de haute-marne, ville natale de Denis DIDEROT d'où est partie Jeanne Mance fondatrice du Quebec...
Non pas celle là...je veux vous parler de langres extramuros incluant le quartier Turenne, le parc à fourrage, les casernes, le lycée DIDEROT, "les quartiers neufs" doux euphémisme puisque ces derniers furent construits aux alentours des années mille neuf cent soixante six afin d'y accueillir entre autres, les ouvriers d'usine... bien que cet espace fasse partie intégrante de la ville et que sa superficie soit égale au double de celle de la cité intramuros... pour des raisons de non rentabilité les immeubles des dahlias, des églantines, des fougères, des glaïeuls... furent abattus. ce qui m'inspira le texte ci-dessous.
Sur les gravas des dahlias, des églantines, des fougères, des glaïeuls...Urbanisme j'écrirai ton nom.
A coups de bélier mécanique, au nom d'un sacro-saint équilibre budgétaire, ils ont osé mettre à mort nos albums de souvenirs, détruisant par la même tout un pan de notre vie dans un quartier qualifié par certains de quartier dangereux et insalubre... Point de cellule psychologique , comme on en rencontre en cas de grand séisme, cellule mise à disposition des futurs déracinés et transplantés dans un autre quartier, afin d'aider ces derniers à gérer un pareil traumatisme.
Etait de mise, l'inutilité de fantasmer et de rêver à l'inaccessible étoile... l'exigence était rangée au rang de l'indécence...Que demander de plus...nous avions l'assurance d'être relogés...
Que d'événements heureux ou douloureux nous avons vécus en ces lieux, pour certains les médias les ont largement relatés. Les journalistes étaient dans leur rôle, l'information étant partie intégrante de leur mission...
La mauvaise réputation est par définition une opinion commune colportée par des gens qui s'autorisent à penser qu'ils sont en charge de la vérité et vont jusqu'à juger leurs prochains et autoriser la lapidation des proscrits...
Mes tripes sont en aucun cas accrochées au couteau d'un bourreau sanguinaire pensionnaire de la cour des miracles qu'à dépeint avec talent Victor Hugo...
Mes tripes sont je le revendique aux quartiers neufs, cet espace de vie où régnait la tolérance et la convivialité au quotidien. Sans préjugés et prérequis , nous côtoyions avec plaisir des voisins appartenant à des ethnies diverses et variées, la solidarité et l'amitié étaient au rendez-vous.
J'ai parcouru une partie de la mappemonde " le cul posé sur les escaliers à l'entrée de mon immeuble"...Elles s'offraient à moi les différents cultures, elles étaient à ma porte.
J'ai côtoyé des gens admirables, bien que pour certains d'entre eux ils fussent nés sur un autre sol, que le sol métropolitain.
Nul besoin de se constitué en association caritative ou en congrégation respectable, pour pratiquer l'amour de son prochain et faire oeuvre de charité ou être soi même l'objet d'attentions authentiques et non dissimulées.
Les quartiers neufs sont et resteront à jamais dans ma mémoire, comme " Ma terre d'asile" n'en déplaise aux esprits chagrins.
Le petit peuple et la diversité des ethnies ne sont pas des notions que j'ai apprises sur les bancs de l'université...quand je parle d'intérêt public, je crois savoir de quoi je parle!
J'ai assisté appareil photo en main, à l'exécution des "ÉGLANTINES", immeuble si attachant qui me servit de gîte pendant quarante années de bonheur...je parle de la naissance de mes trois enfants, du mariage de ma fille ainée,...voire années entachées à l'occasion de malheurs inévitables tels : la mort d'une des grand mère maternelle...d'autres voisins ont perdu un fils une épouse...tous ces morts étaient aussi les nôtres...leur mémoire hanta encore longtemps nos cages d'escalier...
"Bien sur il y eu des orages, quarante ans d'amour , c'est l'amour fort" dit le poète...ils ont grandi les bambins que nous accompagnons en meute à l'école...C'était l'occasion pour les mamans d'échanger des propos, voire de refaire le monde chemin faisant.
Aujourd'hui , ils viennent nous embrasser et ils nous présentent leur progéniture...C'est signe que nous avons avons vieilli ensemble dans une même famille celle communément appelée" voisins de quartier".
En compagnie de notre petit fils, nous avons assisté dans ses derniers instants, les yeux pleins de larmes et le coeur meurtri "notre immeuble gisant"...Nous n'étions pas les seuls anciens locataires...Quand jaillit derrière nous une phrase lapidaire jaugeant l'ignominie des hommes envers leurs semblables...je cite " on abat des immeubles, alors que chaque jour des sans logis meurent de froid dans les rues...C'est scandaleux ! ". Sagesse populaire quand tu nous tiens, tu nous tiens bien.
Mon engagement est total, je désire inciter les municipalités présentes ou avenir, en charge de la gestion de la ville à mettre en oeuvre une politique d'urbanisation réfléchie afin de concevoir "des lieux de vie, esthétiques, originaux, sains et de haute qualité afin de susciter un fort sentiment d'appartenance, de fierté, d'égalité sociale, d'intégration et d'identité ".

NB : citation de Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin dans leur livre: l'urbanisme durable concevoir un écoquartier.
Langres le 16 novembre 2012...02h45.

jean-paul gaspari
Répondre
Lalylou- 16 janv. 2016 à 10:29
Ville froide et austère comme ses habitants qui s'auto félicite de leur nombril, peur constante de l'étranger.
Beaucoup de cas sociales et d'incivilitées, surtout depuis l'ouverture d'un centre de reinsertion pour jeunes voyous.
Répondre
amadeus gotlieb- 4 août 2016 à 15:47
Par ou commencer..;

Il est réellement dommage que cette ville, ou du moins les différentes municipalités qui s'y sont succèdée , n'aient pas su prendre les virages économiques qui se sont présentès à elle.

Comment une ville au multiples atouts, indéniables, peut elle avoir décliné a cette vitesse?
Toutes les politiques menées jusqu’à aujourd'hui n'ont eu aucun effet positif escompté
L' économie locale s'est effondrée, entraînant dans son sillage une chute démographique vertigineuse..
Le rapport de cause à effet qui pourtant semble évident de prime abord, ne déclenche aucune réaction au sein des différentes municipalités qui se sont succédée et confortablement installées a la tête de la commune, et cela est fort dommageable
A qui jeter la pierre?

Il n'est pas simple de répondre a cette question de manière abrupte et catégorique..

plusieurs facteurs sont a prendre en compte

L'immobilisme général de la population, qui se complaît dans cette situation, sans regarder plus loin que le bout de son nez;;;;Pinocchio était au moins avantagé sur ce point précis;;;
des acteurs économiques, qui, si ils ne sont pas "dépendants" de la population locale, se moquent royalement du devenir de leur ville
et enfin, la présence de quelques rares mais influentes grosses familles Langroises, qui ne souhaite pas voir la situation évoluer sous un ciel plus Clément..

Que faire?

Tout est a faire!!!
que ce soit sur un plan économique, culturel, éducatif et bien d'autres points encore..
Mais au vu du retard qui a été pris, il faudra 10 ans pour retrouver une aisance financière suffisante afin de pouvoir investir dans des domaines novateurs et générateurs d'emplois ;

Je suis un de ses acteurs économique local, qui a vu son activité se réduire a cause de l'implantation anarchique d'établissements identique au mien alors que la population avait déjà amorcé un déclin significatif..
Dans son bilan, la municipalité pourra s'enorgueillir du nombre de création d'entreprises, mais ne dira mots sur la pérennité de celles ci

qu'il est triste de penser que la survie de son entreprise dépend de la mort de celle de son concurrent
Répondre
Clandestin- 7 févr. 2017 à 23:36
Superbe ville ancienne juchée sur son éperon dominant le plateau connu pour son froid hivernal mordant. La ville basse est moche et défigurée par l'absence de vrai plan d'urbanisme. Très agréable pour une visite estivale chemin faisant avec des détours vers les Vosges et l'Alsace. Mais quand on y regarde de plus près, on voit dans le centre ville de nombreuses belles demeures quasi à l'abandon. A y vivre, ça doit être d'un ennui mortel, non ? Et le marché du travail doit y être à peu près sous encéphalogramme plat.
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !