Comment définir exactement la notion "vivre bio"? [Résolu]

Signaler
-
 Utilisateur anonyme -
Type de nourriture? d'énergie? de moyen de locomotion? de comportement quotidien?
A voir également:

86 réponses


Le label Bio doit répondre à des critères définis par des textes de loi ou des circulaires européennes.

Je suis d'accord avec vous tous sur tous les gestes bio que l'on peut faire en fonction de ses possibilités. Faire son calcul pour voir si en achetant au commerçant le plus proche, qui utilise des sacs papier, avec un caddie 1 ou 2 fois par semaine ou pour nous forcer à marcher pour rester en forme, on ne ferait pas des économies au lieu de prendre sa voiture 1 fois par semaine pour aller au supermarché. En principe, les produits présentés proviennent de producteurs régionaux ou de la région d'à côté. Malheureusement, les familles aux revenus précaires habitant en ville n'ont pas de jardin et les produits bio sont souvent chers. Cependant, on peut cultiver quelques herbes aromatiques sur son balcon. Acheter 2 ou 3 jardinières dès qu'on a 3 sous et si on le peut, demander à quelqu'un de nous ramener de la terre des champs parfois plus adaptée et gratuite (possible quand on habite de petites bourgades non loin de la campagne), le faire soi-même quand c'est possible. J'ai vu il n'ya pas longtemps, (avant la TNT). que dans un immeuble, un habitant s'était chargé de ramasser les épluchures et autres ordures compostables et fabriquait du compost pour les habitants de son immeuble, idée intéressante pour les gens de la ville. Refuser les sacs en plastique à la pharmacie quand on a sur soi un petit sac ou qu'on peut le mettre dans notre sac à main. Sur les marchés, les commerçants m'ont dit qu'ils étaient souvent obligés de continuer à utiliser des sacs plastiques car ceux en papier sont 3 à 4 fois plus chers ! Donc, idem dans les rayons fruits et légumes des supermarchés même si vous achetez en vrac. J'utilise beaucoup ces sacs "obligatoires" pour mes poubelles alimentaires pour limiter ma consommation de sacs plastiques qui sont fournis dans ma commune pour le recyclage. Où j'étais avant, on ne nous en fournissait pas pour les poubelles domestiques et en utilisant ce procédé, j'ai économisé ceux d'avant. C'est vrai que c'est un peu contraignant (ici, on a 2 containers dans l'immeuble et pour le verre et les publicités et journaux, il faut se déplacer à moins de 50 ou 100 mètres) mais c'e sont des GESTES RESPONSABLES comme on l'a dit. Donc, faisons tout ce que nous pouvons, dans la mesure de nos possibilités financières et pratiques, pour économiser les ressources de notre planète et la polluer le moins possible. Comme l'a dit quelq'un sur un autre forum, la crise du prix de l'essence nous a un peu obligé à revoir nos habitudes et c'est une bonne chose car j'étais effarée à Angers des parkings de supermarché couverts de voiture (jusque sur les trottoirs au moment des fêtes). Donc, continuons à faire des efforts RESPONSABLES même si la pollution globale nous échappe, ce sera toujours ça de gagné ! Et on se sentira moins coupables.

Bonjour à toutes et à tous. Le 'bio" est une attitude, un choix, un état d'esprit, c'est une forme de respect envers autrui. Je me suis converti à l'écologie en 1974 lorsque René DUMONT s'est présenté à la présidence de la république. Son article sur l'évolution écologique du monde me bouleversait. A l'époque, écologie était égale à folie. Depuis, j'ai adopté une attitude respectueuse de l'environnement. A PLUS.

6 mois après ma réponse j'y suis encore fidèle, et j'ajoute 4 choses : - L'énergie. Le pétrole perdurera jusqu'à épuisement (2.050). On ferait bien de mettre toutes les remorques de camions dans les trains. Pour les voitures, il faut encore diminuer les conso (bravo les gros 4x4 V8 5,7 litres 300 CV, motos, quad et autres : motoneige, jet-ski...), Pour ma part je consomme 5 litres aux 100, et 1.000 litres de fuel par an mais j'ai une forêt qui restitue l'oxygène de l'équivalent de ce que je rejette en Co2. - Transports. J'entends que les avions sont des goinfres en kéro. Tous calculs faits, un aller/retour Paris-New York consommant 50.000 litres pour 10.000 km (soit 500 litres aux 100...) représente une conso de seulement 5 litres aux cent pour 2 personnes dans un avion de 200 personnes. Pas plus que ma diesel HDI. - Sélectif. Ça vient, en France mais trop doucement. Ci-joint une remorque de tri sélectif à Lake Louise (Colombie Britannique au Canada ouest). Avis aux amateurs ! - Définition de vivre bio : vivre bien tout en respectant l'environnement. Le frein majeur à cette idée est la surpopulation, actuelle et à venir.


Tu as de la chance Philippe d'avoir une forêt, ça c'est cool. je ne savais pas que les avions consommaient si peu par personne mais à l'altitude où ils volent, est-ce que c'est plus dangereux, cad plus polluant qu'une voiture au sol pour l'équilibre des gaz atmosphériques ? Je n'savais pas non plus que les 4x4 consommaient si peu maintenant mais je n'aime pas les grosses voitures, surtout les hautes car elles nous cachent souvent la visibilité (rien à voir avec l'environnement mais dangereux en ville). Moi, j'ai pas de bol, j'ai pas les moyens de m'acheter une voiture moins polluante. J'aimerais bien. En plus elle consomme beaucoup car c'est une 7cv automatique. Je l'utilise le moins possible, pour les grosses courses et les trajets plus longs mais j'avoue que des fois, je la prends pour descendre en ville quand je suis pressée (question d'organisation !). Alors, essayons de vivre bio le plus possible avec toutes les suggestions qui ont été faites. Moi, j'ai découvert la bio attitude entre 1984 et 1986 en essayant d'abord de manger plus sain quand c'est possible (question de coût !) puis le tri sélectif en arrivant à Angers en 1997. Ensuite, privilégier les transports en commun, plus économiques et moins polluants. J'ai travaillé au Conseil Général qui nous payait la moitié de notre abonnement de bus et qui a créé un site de COVOITURAGE mais je n'ai jamais eu de résultat sur ce site. Par contre, ma plus jeune fille utilise assez souvent le site de covoiturage.fr (je crois pour le site) et ça marche bien pour des longs déplacements ; de plus, ça coûte moins cher à son employeur). Ils arrivent à être 4 dans une voiture. A +

Anne-Marie, quand je disais bravo aux gros 4x4, motos, etc... c'était ironique. Par exemple un sobre Peugeot-Mitsubishi 4007 consomme quand même 10 litres en ville mais un Hummer en fait le double ce qui est largement trop uniquement pour la frime.


Merci Philippe pour cette précision car j'avais effectivement entendu dire que les 4x4 étaient très polluants mais je croyais que tu parlais sérieusement et qu'ils avaient réussi à les rendre moins polluants. Merci aussi à Valérie pour sa recette de lessive maison. Mais où trouve-t-on les noix de lavage ? Il paraît aussi que les boules à usages répétés, c'est bien (pour les machines à laver) ? Mais moi, comme je le disais, ma vieille Clio est polluante, environ 8 litres aux 100 et plus en ville mais je n'ai pas les moyens de la changer alors je limite mes déplacements. A plus

De rien, je trouve mes noix de lavage essentiellement en magasin bio mais il parrait que certaines grandes surfaces en vendent mais comme ça n'est pas le cas vers chez moi, je ne sais pas lesquelles. Je suis une grande adepte des noix de lavage car elles sont réutilisables! Avec 5 ou 6 demis noix dans une chausette, je peux faire 3 lessives pas plus car il n'y a plus assez de saponine dans les noix pour le linge mais il y en a encore donc je garde les noix et avec je fais de la décoction avec laquelle je fais du liquide vaisselle, du produit lavant pour le sol, du savon pour les mains, un petit pschit pschit nettoie tout.... et après ça, je les mets au fond du jardin sur le tas de composte. J'adore ces noix pour l'étendue de ce que je peux faire avec mais aussi pour leur prix car avec un paquet de 500g que je paye environ 8€, je fais ma lessive pendant environ un an (on est deux à la maison) et tous mes petits produits du quotidien.... en plus de ça, en terme de pollution, il n'y a aucune comparaison possible avec les produits du commerce donc moi je trouve que c'est tout bénéfice. Le seul point négatif c'est que sur des vêtements vraiment très sales ou très tâchés, elles ne sont pas efficaces mais bon aucune solution n'est parfaite et puis pour les tâches, il y a le savon de Marseille... Sinon je ne suis pas très fan des boules de lavage parcequ'elles n'ont qu'une utilisation mais il parait que c'est très bien....

Merci de ta réponse. J'irais voir à Châtellerault quand j'aurais l'occasion (25 kms). Il y a un magasin bio. A Angers, j'en avais 2 et j'allais assez souvent à celui de Murs Erigné qui n'était qu'à 3 ou 4 kms de chez moi avec un Super U à côté pour ce que je ne trouvais pas en bio ou qui était trop cher. Pour les boules, j'ai envie d'essayer mais c'est vrai que c'est pour la lessive seulement mais durent longtemps à ce qu'il paraît et je ne sais pas si elles sont biodégradables. Bonne fin de journée à tous

- Bravo à tous, pour l'initiative du COVOITURAGE, car c'est aussi un très bon moyen d'échanges, particulièrement riches de dialogues, et qui peuvent souvent nous apporter quelquechose, pour briser l'isolement et briser le cloisonnement social. - Moi, je me refuserai à prendre l'initiative du "Co-vélo-age", car je crois que c'est un peu dangereux, et que c'est interdit. Mais lorsque le vélo est possible, je peux vous assurer que la consommation d'essence est encore beaucoup plus limitée.

Moi, j'suis pas adepte du vélo car j'ai appris trop tard et suis restée trouillarde mais à Angers, il y avait une boutique de prêt de vélo gratuit contre caution et une autre de location et c'est vrai qu'on en voyait de plus en plus. Très écolo, sûr mais dangereux dans les grandes villes où ils doivent souvent emprunter les voies de bus. Un jour, j'ai vu un chauffeur et un cycliste "aux prises" à un feu rouge : le bus avait le droit de passer mais pas le cycliste si bien qu'ils ont démarré en même temps et que j'ai bien cru que le chauffeur allait renverser le cycliste. J'étais dans le bus et ils m'ont vraiment fait peur. Malheureusement, il y a beaucoup d'incivilité ! Le cycliste aurait dû juste grimper sur le trottoir quelques secondes pour permettre au bus de démarrer car leur temps est vraiment compté ! Donc d'accord pour le vélo mais apprenez à être cool ! ... - Et puis hier, je repensais à autre chose : pourquoi ne pas utiliser des lavettes ou chiffons lavables au lieu de lingettes moins efficaces et qui durent très peu de temps : pas d'éponges usagées à jeter, de lingettes nettoyantes jetables en tout genre et pas d'emballage ! ... les produits dépoussiérants durent 1 an ou plus ! Et les gants de toilette pour les bébés encore plus longtemps. Sous prétexte d'hygiène , c'est encore et toujours des produits jetables avec emballage... Certains vous diront ça fait marcher le commerce, ça donne des emplois mais aussi CA POLLUE ! J'irais pas jusqu'à recommander les couches tissu car je suis passée par là et bonjour les mains brûlées mais aujourd'hui y a la machine ! Alors qu'on sait que les couches jetables c'est très POLLUANT ! Alors, pourquoi pas ! Vive la décroissance ! Si ça peut sauver la planète !...


la notion de produit "Bio"est tellement floue que les consommateurs ne s'y retrouvent plus.

Type de nourriture ? d'énergie ? de moyen de locomotion ? de comportement quotidien ?...il y aurait tant à dire...mais, l'éco-Tartuferie est devenue un Business juteux : la pollution qui est, en apparence, évitée chez-nous, est souvent évacuée dans les pays pauvres...l'Afrique notamment, l'Inde aussi...y compris des déchets toxiques... quant aux ampoules à basse consommation, elles comportent un circuit électronique contenant du Mercure (entre-autres) et, il est déconseillé de les utiliser comme lampes de chevet car, elles sont génératrices de champs électromagnétiques qui peuvent perturber le système nerveux... renseignez-vous, je n'invente rien !...ce sont des affaires de gros sous alors qu'elles devraient être des affaires de volontés politiques...mais là, il y a défaut(s)...rien de nouveau sous le soleil...


Peut-on réellement vivre "bio" de nos jours?

Merci Anne-Marie Schos de nous le rappeler : - c'est bien vrai que lorsqu'on se trouve sur un vélo, on a parfois des difficultés à imaginer l'enfer dans lequel se trouvent tous les conducteurs d'autobus, ainsi que de tous les autres conducteurs de véhicules motorisés, et souvent fatigués durant toute leur journée de travail.

Bonjour tout le monde. Je vais tenter une réponse groupée... Alors, tout d'abord pour les lingettes, pas besoin d'en acheter des jetables (qui ne sont, soit dit en passant, pas recyclables...), il suffit d'en fabriquer.... moi je les fais pour le ménage et aussi pour les lotions et démaquillants (confectionnés par mes blanches mains bien sur, surtout pas ceux du commerce...). Investissement total des lingettes: 0€. Comme d'habitude, il suffit d'utiliser des produits d'entretien ou de salle da bain maison, j'ai récupéré pour la cuisine une boîte de lingettes du commerce vide chez ma mère et pour la salle de bain c'est une boite en plastique transparent qui a contenu les rochers suchard de ma grand mère... pour la lingette en elle même, j'ai récupéré une vieille chemise de nuit en flannelle de mon autre grand mère (c'est tout doux!!!), une serviette de bain usagée et des vieux bodis de bébé usés... c'est pas compliqué, ça prend 3 minutes de couture pour éviter que ça ne s'éfiloche et pourtant je ne suis pas douée et quand on a fini de l'utiliser, hop, dans la machine à laver avec le reste du linge... Ca fait d'ailleurs bien rire ma famille de me voir tout réupérer comme ça... enfin, ils rigolent mais sont toujours friands de savoir ce que je vais faire avec... J'aimerais beaucoup pouvoir aller travailler en vélo mais malheureusement, ma vie professionnelle ne me le permet pas... Enfin, je ne sais pas si on peut vraiment et complétement vivre bio aujourd'hui, je ne crois pas qu'on puisse, certains "outils" polluants nous sont devenus indispensables, comme par exemple la voiture, moi la première si je ne l'ai plus, je ne peux plus aller travailler... par contre je pense qu'on peut avoir un comportement responsable qui limitera notre impacte. Effectivement, je pollue avec ma voiture mais d'un autre côté, je fais attention sur d'autres choses. Je précise bien que je ne dis pas que je compense, je n'aime pas ce terme car il me donne l'impression qu'on se dédouane un peu de la pollution qu'on a engendré ou qu'on passe une sorte de deal avec la nature genre "si je peux faire ça, en contrepartie, je ferais ça pour toi"... Il faut savoir admettre que de toute façon, on pollue mais qu'on essaie de faire en sorte que ce soit le moins possible.... Je me rend compte que je suis une vraie piplette à ce sujet mais ça fait plaisir de pouvoir partager! Merci beaucoup à tous!!!

@ Frédéric : la quantité de rayons néfastes d'une ampoule basse énergie est infinitésimale par rapport à celle envoyée par les canons à électrons de nos téléviseurs cathodiques, or on subit ces derniers depuis près de 50 ans et, comme l’espérance de vie se situe actuellement à plus de 79 ans (hommes et femmes), on peut donc déduire que les bombardements durant 2 heures tous les soirs à 3 mètres devant la TV et durant un "certain temps" à 50 cm devant un écran d'ordi sont inoffensifs. . Quant aux LCD ou LED, on ne sait pas tout. . @ la question : le bio est une affaire de bon sens, oui. Mais c'est aussi un comportement. Quand on voit les déchets jetés par les portières de voitures (mouchoirs papiers, paquets de clopes, bouteilles, cannettes, emballages de MacDo, sapins d'Noël... tontes, plastiques, couches de bébé...), on devine qu'il y a encore du boulot pour que le civisme s'installe en France. Et je ne parle pas des motocro-crottes, lavage des rues, ... bref, l'enlèvement de tous ces déchets coûtent une fortune aux 36.000 municipalités donc à nous, sans compter l'énergie consommée, le boulot sympa... . Aux États-Unis, les routes sont bordées de panneaux "No litter", ce qui ne veut pas dire "Ne picolez pas" mais ""Pas d'immondices". Certains sont accompagnés de la valeur de la prune que vous devrez payer sur place si un cop vous coince -la main dans l'sac ou pas car attention la délation existe ! - Résultat, ils ont des routes à peu près propres, nous c'est la canche... . Enfin quand on m'annonce le poids de déchets jetés chaque année par une famille (350 kg !) je pense comme vous que les emballages, raz l'bol. Et en plus, on les paie ! Encore une fois, on est tombés sur la tête !

Il me semble que bp de personnes confondent le "vivre bio" et le "vivre raisonnablement". Ne pas polluer, trier ses déchets, éviter les pesticides,etc ... c'est l'intelligence la plus élémentaire. Les gens qui s'affichent "bio" font partie de ce courant "à la mode écolo" ou "commerce équitable" qui ne sont que des idéologies manipulées par le "commerce" pour vendre cher à des "pigeons" ..par nature ...

Bonjour. Tout à fait d’accord avec Jean-Claude. Et Philippe sur le fait qu’un civisme basique rendrait notre environnement plus agréable, mais nombre de rustres balancent tout par la portière, par la fenêtre, par terre… Enfin, au plus près ! Mais Fred a aussi raison : on évacue quand même toutes les saloperies dont on ne veut pas chez ceux qui n’ont pas de législation protégeant l’individu, "a minima". Moyennant quoi, on considère qu’avaler de l’amiante ou autre déchet de notre belle société, (et on en a) est moins grave pour un habitant de pays défavorisé que pour nous. Alors pigeon, ou autruche ? Et si les avions consomment « peu » privilégions néanmoins les produits de proximité, non ? Rappel pour l’avenir de notre énergie : manicore.com !

Le peut-on vraiment vivre "bio"???????????